L’écrivain nigérian Wole Soyinka, lauréat du prix Nobel fonde son espoir dans les jeunes

L’auteur et lauréat du prix Nobel de la paix, le Nigérian  Wole Soyinka, voit les nombreux problèmes de son pays entre autres  mal gouvernance, corruption systémique, extrémiste violent et enlèvements de bandits… Il ne désespère toutefois pas. En effet, du haut de ses 87 ans, Soyinka estime  que la jeunesse nigériane peut avoir l’énergie et le savoir-faire pour remettre le pays en difficulté sur les rails,  selon Associated Press, (AP).

C’est à la nouvelle génération « de décider si elle veut continuer dans le même train à une voie », ou tracer une nouvelle voie, a déclaré Soyinka à l’Associated Press. Soyinka attribue aux jeunes nigérians qui sont environ 64 millions de la tranche d’âge entre 15 et 35 ans des plus de 200 millions d’habitants que compte le pays, pour avoir tenté de réformer fondamentalement le pays. Il cite les manifestations #EndSARS d’octobre 2020 contre la brutalité policière, la comparant aux « bassins positifs de la résistance » pendant les années de régime militaire que le Nigéria a endurées pendant près de 30 ans.

L’écrivain nigérian Wole Soyinka, lauréat du prix Nobel, a de l’espoir dans les jeunes

Le système actuel au Nigeria n’était pas un système « fonctionnel et productif

 « Le type d’énergie et d’intelligence qui a créé le mouvement #EndSARS en est un, par exemple, qui peut être utilisé à une échelle beaucoup plus large pour impliquer des masses de personnes », a-t-il déclaré. Dans son premier roman en près de 50 ans, « Chroniques du pays des gens les plus heureux de la planète », publié en septembre, Soyinka a créé un Nigeria fictif en proie au crime, à la corruption et au chaos avec un parti au pouvoir oppressif appelé People on the Move. Fête (POMP). Et la population est tout sauf heureuse, bien qu’il y ait un festival annuel au nom ironique du peuple du bonheur. Depuis le Freedom Park de Lagos, Soyinka a parlé à AP de sa vision de son pays. Semblable au cadre de son roman, Soyinka a déclaré qu’il pensait que le système actuel au Nigeria n’était pas un système « fonctionnel et productif ». En 2015, Soyinka a soutenu le candidat présidentiel Muhammadu Buhari et a demandé aux Nigérians de pardonner au leader de son passé d’ancien dictateur qui a dirigé le Nigéria de 1983 à 1985. Aujourd’hui, Buhari est président et Soyinka le critique.

Critique à l’encontre Buhari

 “Dès le milieu du premier tour de son gouvernement, il a échoué à plusieurs niveaux et il appartient aux Nigérians de se réveiller et d’inverser la direction dans laquelle ils sont pris”, a déclaré l’auteur à propos de Buhari.

Il a ajouté  que Buhari avait l’habitude de “mettre des gens dans des caisses” lorsqu’ils ne sont pas d’accord avec lui, y compris les dirigeants séparatistes Sunday Igboho et Nnamdi Kanu, actuellement sous la garde de la police secrète nigériane.

Soyinka explique  que le Nigeria a commencé à aller dans la mauvaise direction en 1955, lorsque le géant ouest-africain a commencé à tirer des « richesses non méritées et non méritées » du pétrole.“Nous n’avons rien fabriqué à partir du pétrole, nous l’avons juste utilisé brut pour ce qu’il est, l’avons vendu, pris l’argent et gaspillé l’argent”. Soyinka a été le premier auteur noir et le premier Africain à remporter le Prix ​​Nobel de littérature en 1986.

Source :  Associated Press

Pierre Oued.