L’Égypte commande 30 avions de combat Rafale à la France

Lundi, le site d’investigation Disclose, a révélé la signature d’un accord secret entre Paris et Le Caire pour livrer 3,95 milliards € d’armements, financés par des prêts garantis par la France. Si les deux pays ont fini par officialiser l’un des contrats, ils n’ont toujours pas confirmé ces détails, nous explique l’agence Ecofin.

L’Égypte a confirmé, mardi, avoir signé avec la France un contrat pour l’achat de trente avions de combat Rafale supplémentaires. Le premier avion sera livré trois ans après l’entrée en vigueur de ce contrat. Selon le ministère égyptien de la Défense, les fonds permettant de financer cet achat seront obtenus via un prêt s’étalant sur dix années. Cependant, ni le montant de ce prêt ni les autres détails de cette transaction commerciale n’ont été dévoilés par les autorités. Pour Paris, cette opération est une occasion de remettre l’aviation de guerre française en valeur dans le secteur commercial. Elle s’inscrit dans un cycle d’augmentation des contrats de vente des avions Rafale français, après plusieurs années marquées par les difficultés de ce fleuron de l’aviation française à s’exporter.

Le Caire est l’un des plus gros clients de l’industrie française d’armement

Les ventes d’armes à l’Égypte se sont considérablement renforcées après l’arrivée au pouvoir d’Abdel Fattah al-Sissi en 2014.

Selon un communiqué du ministère français de la Défense, “Ce contrat illustre le caractère stratégique du partenariat que la France entretient avec l’Égypte, alors que nos deux pays sont engagés résolument dans la lutte contre le terrorisme et œuvrent à la stabilité dans leur environnement régional”. Ce nouveau contrat “traduit la confiance renouvelée de notre partenaire dans l’avion français”, estime par ailleurs le ministère. Il faut toutefois reconnaitre que cette transaction n’est pas du goût de tous à l’instar des organisations des droits de l’homme. Celles-ci avaient accusé le président Emmanuel Macron de ne pas assez agir pour lutter contre les violations des droits de l’homme en Egypte, et avaient demandé à la France de ne plus vendre des armes au Caire pour faire pression sur le maréchal Abdel Fattah al-Sissi. Le Caire est l’un des plus gros clients de l’industrie française d’armement. L’Égypte avait été en 2015 le premier pays étranger à acheter des Rafale, avec une commande de 24 avions de combat.

Pierre Oued.