Les Kényans favorables au vaccin contre le COVID-19 malgré la désinformation (enquête)

La majorité des citoyens kényans ont une attitude favorable à l’égard du vaccin contre le COVID-19 malgré les informations erronées qui circulent sur son innocuité et son efficacité, indique une enquête qui a été lancée mardi dans la capitale Nairobi.

La majorité des Kenyans accueillent favorablement le vaccin COVID-19, certains s’inquiétant des effets secondaires

L’enquête menée par un groupe à but non lucratif, Africa’s Voices Foundation (AVF), montre que 39% des 1.525 personnes interrogées ont confiance dans le vaccin contre 16% qui ont exprimé leur scepticisme à son égard. “D’après l’analyse, 39% des participants ont indiqué que l’arrivée du vaccin était une bonne chose qui aiderait à arrêter le virus et 24% ont suggéré que davantage de personnes devraient être vaccinées à travers le pays”, explique le sondage qui a couvert 44 comtés. AVF a entrepris l’enquête via SMS au moment où le gouvernement a commencé le déploiement de son vaccin dans les 622 sites de vaccination à travers le pays.Les participants ont été contactés par SMS un pool de 4645 participants et ont demandé: «Alors que le Kenya déploie ses premières doses de vaccination Covid-19, nous voulons demander: Que pensez-vous de la vaccination Covid-19?».Les messages ont également été envoyés en kiswahili . Au total, 1 525 participants ont envoyé des messages pertinents en réponse à la question .«Les participants se sont engagés dans la programmation radio interactive d’AVF dans le passé et c’est leur décision de répondre ou non à la question, il ne s’agit donc pas d’un échantillon représentatif», a déclaré à Citizen tv Samuel Kimeu, directeur exécutif de la Fondation Africa’s Voices.

La pandémie de coronavirus teste maintenant l’humanité d’une manière qu’aucun microbe n’a fait depuis un siècle

Il a précisé que les opinions qui proviennent d’au moins 44 comtés différents fournissent une indication des attitudes existantes à l’égard du vaccin.Suite à l’analyse des réponses, AVF a tiré des conclusions selon lesquelles, il y a une réaction largement positive de la part des participants. Le vaccin est le bienvenu et considéré comme une bonne chose qui devrait être administrée au plus grand nombre. Aussi AVF note un besoin d’information, de clarification des doutes et de réconfort,ajoutant que bien qu’il ne s’agisse pas d’une majorité, il existe encore un certain niveau de méfiance et une certaine opposition au vaccin.Une majorité de participants (66%) étaient âgés de 18 à 35 ans. De plus, plus de femmes que d’hommes ont participé à l’enquête (60% de femmes 40% d’hommes).«Tous les participants qui ont envoyé un texto en réponse au sondage ont automatiquement reçu une série de SMS d’AVF qui a fourni des informations de base sur les plans de déploiement du vaccin, a rassuré les participants sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin Oxford Astrazeneca; et a encouragé les participants à suivre les directives de prévention car seuls certains groupes de la population sont prioritaires en premier », a ajouté M. Kimeu.
K.Fiakofi