Libye : Le gouvernement de transition appelé à respecter la date des élections

Les ambassades de France, d’Allemagne, d’Italie, du Royaume-Uni et des États-Unis à Tripoli ont appelé jeudi la Libye à respecter la date des élections législatives et présidentielles du 24 décembre, censées permettre au pays de sortir d’une décennie de conflit.

Les chancelleries occidentales appellent la Libye à respecter la date des élections

Après l’échec du maréchal Haftar à prendre Tripoli entre 2019 et 2020, des négociations menées à Tunis sous l’égide de l’ONU conduisent les deux parties à s’accorder en novembre 2020 sur la tenue des élections le 24 décembre 2021 . Dans une déclaration commune citée par Africanews , les  chancelleries occidentales  exhortent le gouvernement de transition récemment installé ainsi que la Chambre des représentants à “faciliter les élections du 24 décembre et à approuver la Constitution et le cadre légal pour ces élections d’ici le 1er juillet”. “Outre les dispositions politiques et sécuritaires, les préparatifs techniques et logistiques sont essentiels”, rappellent les cinq ambassades, alors que le gouvernement libyen n’a toujours pas entamé les préparatifs pour l’organisation de ce scrutin qui représente pourtant la raison même de sa désignation. “Ce n’est pas le moment de procéder à des changements qui risqueraient de perturber les organes compétents et de retarder la tenue des élections selon le planning fixé par le Conseil de sécurité de l’ONU”, insistent les chancelleries.

Les élections de l’espoir

Les parties s’accordent également sur la tenue d’un référendum sur l’adoption d’une nouvelle constitution avant les scrutins de décembre

La Libye tente de s’extraire d’une décennie de conflit depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, dans le sillage des “printemps arabes”. Un chaos marqué par l’existence ces dernières années de deux pouvoirs rivaux. Censé clore ce chapitre de divisions, un nouvel exécutif transitoire dirigé par l’homme d’affaires Abdelhamid Dbeibah a été mis sur orbite en février à Genève sous l’égide de l’ONU, avant un vote de confiance “historique” du Parlement en mars. Il est chargé d’unifier les institutions et d’assurer la transition d’ici des élections législatives et présidentielle programmées le 24 décembre, conformément au processus politique parrainé par les Nations Unies.

K.Fiakofi