Lutte contre le terrorisme : Le gouvernement demande l’aide des partenaires techniques et financiers

Mme Laurence Ilboudo, ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a présenté le plan d’urgence aux PTF

Les attaques terroristes et autres actes d’insécurité ont occasionné une situation humanitaire difficile pour le Burkina Faso. Pour y faire face, le gouvernement a lancé un plan d’urgence 2019 qui a besoin de financement. Il a été présenté par le ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire aux partenaires techniques et financiers.
La situation nationale Burkinabè est marquée entre autres par des actes d’insécurité dans certaines localités. Environ 55 milliards de francs CFA, c’est le besoin de financement pour faire face actuellement à la situation humanitaire qui prévaut au Burkina Faso. Selon les prévisions, environ 1 200 000 personnes auront besoin d’une assistance humanitaire au cours de l’année 2019, d’où cet appel du gouvernement pour soutenir son plan d’urgence, « au regard de l’intérêt que revêt ce plan d’urgence pour le Burkina Faso en ce moment, je lance un appel pressant à tous les partenaires techniques et financiers (PTF), au secteur privé, à la société civile, aux médias pour accompagner la mise en œuvre de ce plan ». Selon Laurence Ilboudo, ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, « ce plan s’inscrit dans une réelle ambition de relever un certain nombre de défis liés à l’action humanitaire, à savoir une meilleure coordination pour plus d’efficacité dans la prise en charge des besoins, une approche holistique qui prend en compte toutes les problématiques dans la réponse d’urgence, la mobilisation de ressources conséquentes pour couvrir les besoins. Aussi il y a le suivi des actions de tous les intervenants et une utilisation des allocations et ressources allouées, une capitalisation des résultats et des leçons apprises ». D’ores et déjà, le gouvernement peut compter sur l’engagement de ses partenaires. « Le système des Nations unies et toute la communauté humanitaire sont mobilisés pour accompagner le gouvernement dans ses efforts pour une réponse urgente, globale et équitable. Ce faisant, nous veillons à ce que l’assistance soit ciblée, qu’elle soit apportée le plus rapidement possible et que la dignité de toutes les personnes concernées soit respectée. Il est a rappelé si besoin est que chaque acteur est tenu de respecter les normes standards et surtout d’agir dans le respect des principes humanitaires », a invité Metsi Makheta, Représentante résidente du PNUD au Burkina Faso
Selon Laurence Ilboudo, le gouvernement s’engage pour la mise en œuvre effective du plan et entend assurer en toute responsabilité la coordination et le suivi des actions y afférentes.

Dougoutigui