Margen, un pionnier de la broderie industrielle marocaine

La broderie industrielle est le procédé de marquage qui offre la personnalisation la plus solide et la plus prestigieuse des différentes solutions de marquage publicitaires. Son coût varie suivant la surface à broder. Des frais techniques sont imputables à la numérisation de l’objet à broder alors que le programme réalisé est utilisé ensuite sur tous les supports.

Selon Allafrica, le premier brodeur à façon dans la région de Troyes est Elie Margen. Il adjoint plus tard la sérigraphie à ses activités. Technicien averti reconnu par ses pairs et créateur d’emplois de tous niveaux, ses entreprises ont participé à toutes les initiatives destinées au développement de l’industrie de la maille. Présent dès la création du premier salon FATEX à Troyes, il y a toujours apporté sa collaboration. La technicité de son métier avec son goût pour le progrès l’a conduit à concevoir et à faire breveter une machine à cercler, destinée à faciliter l’exécution de certaines broderies. C’est après avoir travaillé en qualité de cadre aux établissements FRA-FOR, qu’Elie Margen et son épouse créent, en 1973, leur première entreprise, la société de broderie fine SOBROFI, aidée sur le plan juridique, administratif et financier par le beau-frère Elie Acoca. Une création qui répond à un besoin, à une carence dans le monde du textile, à l’époque.  Elie Margen est né à El Jadida, en 1932, dans une famille marocaine modeste de 5 enfants. Son père, petit commerçant, a habité avec sa famille dans la cité portugaise d’El Jadida.

Ex ouvrier mécanique fétiche du garage Alessi

Son certificat d’études primaires en poche, et pour aider ses parents, Elie Margen est entré en apprentissage de mécanique automobile au garage Alessi où il a travaillé pendant 11 ans, en qualité d’ouvrier qualifié. Lors de son passage dans cette entreprise, il s’était fait remarquer, notamment par les clients et, comme il l’explique lui-même : «Après un stage, je me souviens de l’afflux de camions, sur lesquels mon intervention réduisait la consommation de 40 l à 25 l  aux 100 km, à la très grande satisfaction de notre entreprise et de nos clients ». Il a exercé ensuite dans une minoterie en qualité de technicien pour l’ensemble du matériel.  A ses temps libres, le soir et le dimanche, il réparait les moteurs des voitures de ses connaissances. Allafrica rappelle que la communauté qu’il a présidée lui est reconnaissante pour son investissement au profit de son développement cultuel et culturel. Grâce à sa générosité, la synagogue a été rénovée. Sa participation au développement du Centre culturel d’études Rachi s’inscrit dans un approfondissement de la connaissance du passé de la ville de Troyes. Margen a édité un ouvrage, en compagnie de Paul Attali, sur Rachi, rappelant la vie de ce grand rabbin talmudiste, poète, légiste et décisionnaire français du 12e siècle.

Notons aussi que la mode de broderies apposées ou directement effectuées sur les articles, valorise les vêtements et donc, apporte une plus-value commerciale à la production. Ces broderies nécessitaient des équipements spéciaux dont disposaient des façonniers allemands qui répondaient à la demande par des navettes de camions, avec des délais pénalisants pour l’industrie. Margen décède en février 2015 et Raquel Margen, née Acoca, en août 2018. Il a laissé derrière lui 3 enfants : Claude, Muriel et Noémie, nés  respectivement en 1959, 1962 et 1969.

Fatimata COMPAORE

Margen, un pionnier de la broderie industrielle marocaine

La broderie industrielle est le procédé de marquage qui offre la personnalisation la plus solide et la plus prestigieuse des différentes solutions de marquage publicitaires. Son coût varie suivant la surface à broder. Des frais techniques sont imputables à la numérisation de l’objet à broder alors que le programme réalisé est utilisé ensuite sur tous les supports.

Selon Allafrica, le premier brodeur à façon dans la région de Troyes est Elie Margen. Il adjoint plus tard la sérigraphie à ses activités. Technicien averti reconnu par ses pairs et créateur d’emplois de tous niveaux, ses entreprises ont participé à toutes les initiatives destinées au développement de l’industrie de la maille. Présent dès la création du premier salon FATEX à Troyes, il y a toujours apporté sa collaboration. La technicité de son métier avec son goût pour le progrès l’a conduit à concevoir et à faire breveter une machine à cercler, destinée à faciliter l’exécution de certaines broderies. C’est après avoir travaillé en qualité de cadre aux établissements FRA-FOR, qu’Elie Margen et son épouse créent, en 1973, leur première entreprise, la société de broderie fine SOBROFI, aidée sur le plan juridique, administratif et financier par le beau-frère Elie Acoca. Une création qui répond à un besoin, à une carence dans le monde du textile, à l’époque.  Elie Margen est né à El Jadida, en 1932, dans une famille marocaine modeste de 5 enfants. Son père, petit commerçant, a habité avec sa famille dans la cité portugaise d’El Jadida.

Ex ouvrier mécanique fétiche du garage Alessi

Son certificat d’études primaires en poche, et pour aider ses parents, Elie Margen est entré en apprentissage de mécanique automobile au garage Alessi où il a travaillé pendant 11 ans, en qualité d’ouvrier qualifié. Lors de son passage dans cette entreprise, il s’était fait remarquer, notamment par les clients et, comme il l’explique lui-même : «Après un stage, je me souviens de l’afflux de camions, sur lesquels mon intervention réduisait la consommation de 40 l à 25 l  aux 100 km, à la très grande satisfaction de notre entreprise et de nos clients ». Il a exercé ensuite dans une minoterie en qualité de technicien pour l’ensemble du matériel.  A ses temps libres, le soir et le dimanche, il réparait les moteurs des voitures de ses connaissances. Allafrica rappelle que la communauté qu’il a présidée lui est reconnaissante pour son investissement au profit de son développement cultuel et culturel. Grâce à sa générosité, la synagogue a été rénovée. Sa participation au développement du Centre culturel d’études Rachi s’inscrit dans un approfondissement de la connaissance du passé de la ville de Troyes. Margen a édité un ouvrage, en compagnie de Paul Attali, sur Rachi, rappelant la vie de ce grand rabbin talmudiste, poète, légiste et décisionnaire français du 12e siècle.

Notons aussi que la mode de broderies apposées ou directement effectuées sur les articles, valorise les vêtements et donc, apporte une plus-value commerciale à la production. Ces broderies nécessitaient des équipements spéciaux dont disposaient des façonniers allemands qui répondaient à la demande par des navettes de camions, avec des délais pénalisants pour l’industrie. Margen décède en février 2015 et Raquel Margen, née Acoca, en août 2018. Il a laissé derrière lui 3 enfants : Claude, Muriel et Noémie, nés  respectivement en 1959, 1962 et 1969.

Fatimata COMPAORE