Massata Cissé ,pionnière de la conduite des poids lourds au Burkina

Une des rares femmes conductrice de poids-lourds en Afrique de l’ouest, Massata Cissé actuellement âgée de 60 ans, est considérée comme une pionnière et un symbole de l’émancipation des femmes dans son pays Burkina Faso

Massata Cissé, surnommée Mama Africa, est née en 1961 dans la province de Nouna (Burkina Faso). Elle fait ses premiers pas dans le domaine des transports. D’abord apprentie aux côtés de son père, elle est depuis 1981 chauffeur titulaire dans le transport par gros camions. « J’ai hérité de ce métier de mon papa, car il était chauffeur », a-t-elle confié. A ce jour, elle demeure la seule femme conductrice de camions de poids lourds à Ouagadougou et l’une des rares femmes à exercer ce métier en Afrique de l’Ouest.

En 40 années de profession, son expérience lui a permis de travailler dans de nombreuses entreprises du Burkina, mais aussi de parcourir plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest, à l’instar du Niger, du Togo, du Bénin, de la Côte d’Ivoire ou encore du Mali. Si Massata Cissé a réussi toutes ces années dans la conduite de poids lourds, c’est bien grâce à sa détermination et à son courage. Elle a su braver certaines difficultés telles que le mauvais état des routes et les tracasseries liées au contrôle, qui rallongeaient la durée de ses multiples voyages, ou encore de l’état vétuste des camions et la plus pénible de toutes, le manque d’installations sanitaires. « C’est un métier à risque, s’il y a plus de sécurité les femmes pourraient être intéressées… Pour qu’elles soient à l’aise dans ce travail, il faut prévoir des sanitaires pour leur toilette intime, se laver et faire leurs besoins », a-t-elle relevé.

En 2017, ses exploits et son abnégation, lui ont valu de recevoir le Trophée international de la femme active d’Afrique (TIFAA), lors de la journée des droits de la femme. La sexagénaire qui exerce actuellement à Kanis Logistics, ambitionne de posséder sa propre entreprise qui servira de centre de formation pour les femmes, dans l’optique de les initier et de les former à la conduite. Pour cela, elle espère un soutien du gouvernement pour réaliser son rêve.
Source:oceans-news.com; agenceecofin.com

Roseline BADO