Message de Noël : le pape François dénonce la frénésie de la consommation de l’homme

Dans son traditionnel message de Noël, le Pape François a appelé le mardi 25 décembre 2018 à la fraternité entre les peuples, et à œuvrer en faveur de la paix. Le lundi 24 décembre 2018, au cours de la messe du réveillon, le Souverain pontife avait critiqué la frénésie de la consommation de l’homme et a insisté sur la nécessité du partage.
Le pape, qui vient de fêter ses 82 ans, a adressé son sixième message de Noël «Urbi et orbi» («à la ville et au monde») le mardi 25 décembre 2018 devant 50.000 fidèles réunis à la place Saint-Pierre. Dans ce message, il a appelé à la fraternité entre les peuples en invitant l’homme à considérer les différences comme une richesse plutôt qu’un danger. L’Evêque du Vatican a également formulé l’espoir que cessent les conflits dans les zones de conflit comme la Syrie « Que la communauté internationale œuvre résolument pour une solution politique qui mette de côté les divisions et les intérêts partisans, de sorte que le peuple syrien, surtout ceux qui ont dû quitter leur terre pour chercher refuge ailleurs, puissent retourner vivre en paix dans leur pays », a déclaré le Pape François. S’agissant du Yémen, il a espéré que la trêve récemment obtenue par les Nations unies « puisse finalement soulager les nombreux enfants et les populations épuisées par la guerre et la famine ». Le Pape François a aussi lancé un appel en faveur de « la liberté religieuse », évoquant les chrétiens minoritaires qui célèbrent Noël « dans des contextes difficiles pour ne pas dire hostiles ». Le pape s’est exprimé sur le conflit israélo-palestinien, renouvelant un appel au dialogue : « que la fête de Noël permette aux Israéliens et aux Palestiniens de reprendre le dialogue et d’entamer un chemin de paix qui mette fin à un conflit de 70 ans », a dit le souverain pontife. L’homme est devenu avide et vorace A la veille de la fête de Noel, le chef des 1,3 milliard de catholiques dans le monde, s’est indigné, dans la majestueuse basilique Saint Pierre, contre la frénésie de la consommation, dont Noël est l’un des points d’orgue dans son homélie de la nuit de Noel. « L’homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie. Ainsi quelques personnes se livrent à des banquets tandis que beaucoup d’autres n’ont pas de pain pour vivre », a déclaré le souverain pontife devant une centaine de milliers de fidèles. Il a invité les fidèles à laisser de côté leur «voracité» consumériste pour réfléchir au sens spirituel de leur vie et au partage avec les plus humbles, dans son homélie de la nuit de Noël.
Auguste Don de Dieu