Mozambique: L’escalade de la violence dans le nord oblige des milliers de personnes à fuir leurs maisons

La province mozambicaine de Cabo Delgado est en proie à une crise en spirale alors que des milliers de personnes fuient leurs maisons au milieu de la violence, a averti jeudi le Programme alimentaire mondial (PAM) dans un communiqué.

Des djihadistes ont pris le port gazier et la ville de Mocímboa da Praia, une des deux principales villes du nord de la Province du Cabo Delgado.

Les récentes attaques à Palma ont touché 50 000 personnes. Beaucoup de familles ont fui Palma pour Pemba sur des bateaux faisant leur périlleux voyage sur des eaux agitées.«Des milliers de personnes sont toujours prises au piège à Palma et à Quitunda, et le PAM travaille 24 heures sur 24 pour garantir l’accès à ceux qui en ont le plus besoin. Le PAM a également utilisé des bateaux de Pemba pour atteindre ceux des zones reculées, sur les îles côtières environnantes », a déclaré le PAM dans le communiqué.Le 24 mars, des militants liés à l’État islamique ont lancé des attaques contre la ville côtière du nord-est de Palma, saccagé des bâtiments et décapité des civils.Des milliers de personnes ont fui dans la forêt environnante. L’attaque a vu une augmentation du nombre de réfugiés fuyant la violence dans la région.

Raids sur les villes

Connus localement sous le nom d’Al-Shabaab mais sans relation établie avec le groupe somalien du même nom – les militants de Cabo Delgado ont lancé une série de raids effrontés contre des villes et des villages dans une tentative apparente d’établir un califat islamique. Les attaques ont commencé en octobre 2017 contre les commissariats de police du district de Mocimboa da Praia, puis se sont étendues à d’autres districts de la partie nord de Cabo Delgado, notamment à Macomia, Palma et Nangade. Selon les données recueillies par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 4 000 personnes ont fui à Palma, dans le nord du Mozambique, la semaine dernière, portant le nombre total de personnes déplacées à près de 25 000.«Cette semaine, l’OIM a contribué 1,2 million de dollars à la réponse», ajoute l’OIM.

Faire face à une faim

La faim persiste et les enfants sont les plus touchés, la malnutrition augmentant de manière inquiétante.

«Une enquête récente de l’UNICEF et du PAM a révélé que près de 21 pour cent des enfants déplacés de moins de 5 ans et 18 pour cent des enfants d’accueil souffrent d’insuffisance pondérale. Dans le même temps, les taux de malnutrition chronique (ou «retard de croissance»), qui a des conséquences tout au long de la vie, sont à un niveau alarmant de 50 pour cent parmi les enfants déplacés et de 41 pour cent parmi les enfants des communautés d’accueil ». Le conflit continue de faire grimper la faim dans le nord du Mozambique, car plus de 950 000 personnes sont désormais confrontées à une grave faim.Le PAM est en train d’intensifier sa réponse dans le nord du Mozambique, avec des plans pour venir en aide à 750 000 personnes déplacées et membres vulnérables de la communauté locale dans les provinces de Cabo Delgado, Nampula, Niassa et Zambezia. Le PAM a besoin d’urgence de 82 millions de dollars pour répondre à la crise dans le nord du Mozambique et soutenir les personnes vulnérables, en grande partie les femmes et les enfants, a ajouté le communiqué du PAM.

K.Fiakofi