Niger : une vingtaine de terroristes présumés tués dans l’ouest du pays (officiel)

Les troupes nigériennes ont tué 24 “terroristes présumés” après avoir cherché à s’échapper à la suite de leur arrestation capturés dans l’ouest du pays, a annoncé dimanche le gouvernement.

Le dispositif sécuritaire dans la zone a été renforcé appuyé par les soldats français de l’opération Barkhane

Les suspects avaient planifié une attaque contre le bourg de Banibangou mais l’armée a été alertée et, après un échange de tirs, 26 personnes ont été arrêtées le 28 avril, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué cité par l’AFP . L’un des “terroristes présumés” est décédé plus tard des suites de blessures par balle. Alors qu’ils attendaient leur transfert vers la ville voisine de Chinégodar, où se trouve une base militaire, “les prisonniers ont tenté de s’échapper” dans la nuit de jeudi et ont réussi à désarmer un garde, a indiqué le ministère. «Après avoir ignoré les coups de semonce, 24 prisonniers ont été mortellement blessés et l’un d’entre eux a pu s’échapper», a-t-il indiqué, ajoutant qu’une enquête avait été ouverte. Chinegodar et Banibangou se trouvent dans la région de Tillabéri, à la frontière du Mali et du Burkina Faso. Il est régulièrement attaqué par des groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda ou à l’État islamique.

Séries d’attaques

L’ampleur des attaques témoignent la capacité de nuisance des terroristes dans le sahel

Le Niger fait face dans le Sud-Est, frontalier du Nigeria, aux attaques du groupe djihadiste nigérian Boko Haram, et dans sa partie ouest, proche du Mali, à celles de groupes affiliés à l’État islamique (EI) et à al-Qaida. Les attaques contre des civils se sont multipliées depuis le début de l’année. Selon une source sécuritaire, plus de 300 personnes ont été tuées dans trois séries d’attaques contre des villages et des campements de l’ouest du Niger.

K.Fiakofi