Nigeria : la police appelle à “détruire” les séparatistes biafrais

Au lendemain de l’évasion de plus de 1 800 prisonniers, la police nigériane ordonne aux services de sécurité d’utiliser leurs armes contre les membres du mouvement des peuples autochtones du Biafra (IPOB). Pour le chef de la police, le mouvement des peuples autochtones du Biafra (IPOB, Indigenous People of Biafra en anglais) est derrière cette attaque.   De son côté, Emma Powerful, porte-parole du groupe, a démenti toute implication dans l’évasion de la prison d’Owerri, qualifiant ces accusations de “mensongères” et “fallacieuses”. “Ce n’est pas notre mission d’attaquer les services de sécurité ou les prisons”, a assuré Emma Powerful, dans un communiqué à l’AFP. Les militants de l’IPOB affirment “protéger les communautés et les villages des éleveurs nomades peuls”, venus du nord du pays, et se défendent d’être le bras armé de la mouvance indépendantiste, ce qui les désignerait directement comme des séparatistes armés.