Nigeria : Nouvelles saisies d’énormes quantités d’écailles de pangolin par la douane nigériane

En quelques années, le Nigeria est devenu la plaque tournante du trafic d’écailles de pangolins. La demande d’écailles émane essentiellement de la Chine et du Viêt Nam. La population de pangolins en Asie ayant considérablement diminué à cause d’un braconnage incroyablement élevé, les trafiquants se tournent désormais vers les pangolins d’Afrique pour satisfaire l’insatiable marché asiatique.

Dans un communiqué publié par Isabel Leal de la Wildlife Justice Commission, cité par Allafrica, et confirmé à ce journal par Joseph Attah, responsable des relations publiques du service des douanes du Nigeria, le service des douanes du Nigeria a arrêté trois trafiquants présumés de haut niveau avec 7,1 tonnes d’écailles de pangolin et 846 kg d’ivoire saisis. « Agissant sur la base des renseignements fournis par la Wildlife Justice Commission, les agents des services douaniers nigérians ont perquisitionné une adresse résidentielle à Lagos le mercredi 28 juillet, arrêtant trois suspects et saisissant 196 sacs contenant 7 137 kg d’écailles de pangolin, 4,6 kg de griffes de pangolin et 846,34 kg d’ivoire. « , lit-on en partie dans le communiqué.

Le communiqué indique que les suspects arrêtés font partie d’un réseau criminel transnational bien connu opérant en Afrique de l’Ouest et lié à environ 50 pour cent de toutes les saisies à grande échelle de pangolin au cours des trois dernières années. « Ces arrestations ont gravement perturbé ce réseau. Il s’agit de la neuvième plus grande saisie d’écailles de pangolin au cours des trois dernières années (2019-2021) », a-t-il déclaré.

Un trafic soutenu par les asiatiques

 Le pangolin est un fourmilier solitaire ressemblant à un artichaut et est le mammifère le plus trafiqué au monde. L’animal est apprécié pour ses écailles qui sont principalement utilisées pour la médecine traditionnelle en Chine. A en croire allAfrica  cet animal écailleux et silencieux est au centre d’une chaîne d’approvisionnement sophistiquée de plusieurs millions de dollars à travers l’Afrique et l’Asie, gérée par des réseaux de syndicats criminels.

 Steve Carmody, directeur des programmes de la Wildlife Justice Commission a souligné que  la réalité vraiment horrible de cette saisie est que même à sept tonnes, il y avait encore huit autres saisies plus importantes au cours des trois dernières années, et ce réseau était responsable d’au moins la moitié d’entre elles.

Depuis sa création en 2015, la Wildlife Justice Commission a facilité l’arrestation de 151 trafiquants d’espèces sauvages et le démantèlement de 35 réseaux criminels. Les produits de la faune saisis lors de cette opération représentent la plus grande quantité d’écailles de pangolin.

 Les autorités nigérianes ont intercepté un total de 25,4 tonnes d’écailles de pangolin entre le 9 janvier 2020 et ce jour.

Fatimata COMPAORE