Pandora Papers: le président kényan et 42 politiciens africains épinglés

Le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a révélé, dimanche 3 octobre 2021, avoir découvert que 336 responsables politiques dans le monde auraient dissimulé des fonds dans des sociétés offshores et des paradis fiscaux afin d’échapper aux impôts. Parmi les responsables politiques incriminés, 43 Africains.

L’enquête Pandora Papers est le fruit de la collaboration d’environ 600 journalistes. Elle s’appuie sur quelque 11,9 millions de documents provenant de 14 sociétés de services financiers et a mis au jour plus de 29.000 sociétés offshore. Il est ressorti du Pandora Papers que, sur les 336 responsables politiques dissimulant des fonds dans des sociétés offshores, 43 sont des Africains. Et parmi eux, le Nigeria est le plus représenté, avec 10 responsables politiques incriminés, suivi par l’Angola avec 9 responsables politiques et 5 pour la Côte d’Ivoire.

Uhuru Kenyatta épinglé

Les principales révélations concernent le président kényan, Uhuru Kenyatta, qui a pourtant fait de la corruption son cheval de bataille. L’enquête de l’ICIJ dévoile comment lui et sa famille utilisent, secrètement, des sociétés offshore pour masquer l’ampleur de leur fortune et échapper au fisc. Selon  l’enquête, Uhuru Kenyatta, avec 6 membres de sa famille, possède un réseau secret de 11 compagnies offshore, dont l’une possède des actifs évalués à 30 millions de dollars. Certes, le président Uhuru Kenyatta ne s’est pas prononcé sur les allégations portées à son encontre, cependant, il a  déclaré que l’enquête « va contribuer à améliorer la transparence financière au Kenya et à travers le monde”, a rapporté rfi Afrique. Et d’ajouter que « les mouvements de fonds illicites, gains du crime et de la corruption, prospèrent dans un environnement de secret et de ténèbres ».

Plusieurs autres chefs d’Etats visés

Il semblerait que, les jours à venir, d’autres révélations sont attendues et plusieurs présidents africains sont visés. Le président congolais Denis Sassou-Nguesso, Ali Bongo du Gabon ainsi que Zacharia Deby, le frère de l’actuel président tchadien, ou encore Patrick Achi, le premier ministre ivoirien, sont, entre autres, visés par le Consortium international des journalistes d’investigation.

Par ailleurs, les révélations du Pandora Papers sont embarrassantes pour les dirigeants mis en cause et qui se sont faits les champions de la lutte contre la corruption.

Sources: rfi Afrique, Africanews

Line Rose