Plus de 100 migrants meurent dans un naufrage au large de la Libye

Un bateau pneumatique est vu après avoir chaviré en Méditerranée, selon des témoins

Au moins 120 demandeurs d’asile seraient morts après que leur bateau pneumatique a chaviré dans une mer agitée au large des côtes libyennes alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Europe, selon des organisations caritatives et l’agence des Nations Unies pour la migration.

Des dizaines de corps ont été repérés jeudi près d’un navire chaviré, qui comptait environ 130 personnes à bord, a déclaré une organisation caritative de sauvetage. Selon une première reconstitution des événements, le groupe humanitaire européen SOS Méditerranée a été alerté mardi par la hotline de secours méditerranéenne, Alarm Phone, gérée par des volontaires, de la présence de trois bateaux en détresse dans les eaux internationales au large de la Libye. Les vagues dans la région atteignaient des hauteurs allant jusqu’à six mètres. Le navire du SOS Méditerranée, l’Ocean Viking, ainsi que des navires marchands, se sont dirigés vers la zone et n’ont trouvé aucun survivant, mais au moins 10 corps. «Aujourd’hui, après des heures de recherche, notre pire crainte est devenue réalité», a déclaré au journal The Guardian Luisa Albera, coordonnatrice de recherche et de sauvetage à bord d’Ocean Viking .«L’équipage de l’Ocean Viking a dû être témoin des conséquences dévastatrices du naufrage d’un bateau pneumatique au nord-est de Tripoli. Ce bateau avait été signalé en détresse avec environ 130 personnes à bord mercredi matin .«Nous avons le cœur brisé. Nous pensons aux vies perdues et aux familles qui pourraient ne jamais avoir la certitude de ce qui est arrivé à leurs proches. ”

Des dizaines de corps ont été repérés près d’un navire chaviré

«Les personnes auraient pu être secourues mais toutes les autorités les ont sciemment laissées mourir en mer.», a déclaré Alarm Phone .Le service d’assistance téléphonique affirme avoir été en contact avec le bateau en détresse pendant plus de 10 heures le 21 avril et a relayé à plusieurs reprises sa position GPS et la situation désastreuse aux autorités européennes et libyennes et au grand public.Cependant, il a déclaré que toutes les autorités européennes ont rejeté la responsabilité de coordonner l’opération de recherche et ont plutôt désigné les autorités libyennes comme les autorités «compétentes».«Les garde-côtes libyens, cependant, ont refusé de lancer ou de coordonner une opération de sauvetage, laissant les 130 personnes dans une mer agitée pendant une nuit entière», a-t-il déclaré.«L’absence d’un système de patrouille efficace est indéniable et inacceptable» , a déclaré Flavio Di Giacomo , porte-parole italien de l’agence des Nations Unies pour les migrations, sur Twitter, ajoutant que les choses doivent changer. Après avoir sauvé des milliers de personnes de la noyade en Méditerranée, un certain nombre de bateaux de sauvetage d’ONG sont bloqués dans les ports italiens après que les autorités ont ordonné leur saisie. Des dizaines d’enquêtes ont été lancées par des procureurs italiens contre des ONG ces dernières années, la plupart d’entre elles ayant été abandonnées par la suite.La semaine dernière, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR et l’Organisation internationale pour les migrations ont déclaré qu’au moins 41 personnes, dont un enfant, sont mortes après qu’un bateau transportant des migrants africains vers l’Europe a coulé au large de la Tunisie.


K.Fiakofi