RDC : La voix du cardinal Monsengwo s’est tue à jamais !

L’ancien archevêque de Kisangani incarnait, selon ceux qui le fréquentaient, « les qualités d’un grand exégète, d’un homme de science et aussi d’un grand homme spirituel ».

L’Archevêque émérite de Kinshasa est décédé ce dimanche 11 juillet 2021 à l’âge de 81 ans. « Le prélat catholique était gravement malade et son état de santé se dégradait à Kinshasa. Il avait été évacué le 5 juillet dernier vers la France pour recevoir des soins appropriés », précise Radio  Okapi.

«J’ai la profonde douleur d’annoncer à la communauté chrétienne catholique et à toutes les personnes de bonne volonté le décès du cardinal Laurent Monsengwo» a annoncé le cardinal Fridolin Ambongo, son successeur au siège épiscopal de Kinshasa sur son compte twitter ce dimanche 11 juillet 2021.Malade depuis un certain temps, son état de santé s’était dégradé au début du mois de juillet, au point qu’il avait dû être transféré d’urgence à Paris rapporte notre source.

Bref aperçu sur son parcours

Au début des années 1990, il adresse un mémorandum au Maréchal Mobutu dans lequel, il demande plus de liberté

Né en 1939, ordonné prêtre en 1963, puis évêque en février 1980 par le Pape Jean-Paul II, le cardinal a occupé diverses fonctions, notamment celles d’évêque auxiliaire d’Inongo, évêque auxiliaire de Kisangani, archevêque de Kisangani et archevêque de Kinshasa. Il a aussi été le président du SCEAM, le symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar. Le cardinal congolais, qui a été membre du Conseil des cardinaux chargés de conseiller le Pape François -dont il était proche-, a été élevé au rang de cardinal le 20 novembre 2010 par Benoît XVI. Il avait quitté le Conseil des cardinaux en octobre 2018, un mois avant de prendre sa retraite en tant qu’ordinaire local de Kinshasa. Le cardinal Monsengwo est un théologien bibliste. Il est d’ailleurs le premier Africain à avoir obtenu un doctorat en Écriture Sainte à l’Institut biblique pontifical de Rome.

 

Un homme engagé pour sa patrie

Le pasteur, connu pour sa liberté de parole et sa franchise, n’a pas hésité à jouer un rôle politique de premier plan dans son pays. Récemment encore, le 2 janvier 2018, il avait prononcé un discours sans concession pour fustiger la dure répression d’une manifestation de catholiques par le régime Kabila. «Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD-Congo», avait tonné l’archevêque émérite de Kinshasa, marquant ainsi le début du combat acharné de l’Église du Congo contre un troisième mandat de Joseph Kabila. Un combat dont elle est sortie vainqueur puisqu’il y a eu une alternance politique de fait.

Dans les prochains jours, la dépouille du cardinal sera ramenée dans la capitale congolaise. Les évêques doivent se réunir pour l’organisation de ses obsèques et définir une date. Selon Vatican news, le cardinal Laurent Monsengwo sera enterré dans la cathédrale de Kinshasa.

Oumou Konaté