RDC: Prise de fonction des gouverneurs dans les provinces en état de siège

Les gouverneurs et vice-gouverneurs militaires nommés dans le cadre de l’état de siège commencent à prendre fonction. Ils ont été choisis par le président Félix Tshisekedi.

L’armée est désormais responsable de l’administration de deux provinces de l’est de la RD-Congo, le Nord Kivu et l’Ituri, deux régions où les populations sont victimes des exactions des  groupes armés. Ainsi, le Lieutenant-général Constant Ndima, gouverneur du Nord-Kivu et le Lieutenant-général Jonny Luboya, gouverneur de la province d’Ituri, ont tous deux pris fonction dans leur localité d’affectation l’un à Goma et l’autre à Bunia le lundi 10 mai 2021.

Depuis l’annonce de l’état de siège le 1er Mai par le président Félix Tshisekedi, de  nombreuses inquiétudes ont été soulevées au sein de la population ainsi que la société civile des provinces dans lesquelles il a été décrété, selon le site DW.com. Souvent accusée de complicité avec les bandes armées qu’elle combat, l’armée congolaise serait loin de faire l’unanimité au sein de la population. Ce en raison même des origines  de la formation des FARDC qui sont issu d’un brassage entre plusieurs forces militaires comme le rappelle l’analyste et expert des questions géopolitiques et sécuritaires, Jean Jacques Wondo.  “ Les FARDC sont une création qui résulte de l’accord global inclusif qui a été signé à Pretoria en 2002 et parmi les objectifs il était question de mettre sur pied une armée républicaine nationale ” explique-t-il.

Ainsi, selon DW.com, pour certains citoyens, les militaires congolais sont de vaillants combattants mais pour d’autres, il y a des criminels dans leurs rangs et n’hésitent pas à rappeler des violations commises par des hommes en uniforme.

Retour d’une paix durable?

En décrétant cet état de siège, les autorités affirment vouloir lutter contre l’insécurité. Cependant, selon DW. com, l’analyste Jean-Jacques Wondo se veut prudent sur l’efficacité de cette mesure. ” Ces officiers sont des administrateurs militaires, c’est- à -dire  qu’ils sont nommés à des fonctions administratives de gestion de territoire ». «  Donc à priori ce ne sont pas des officiers qui sont commis à la direction ou au commandement des opérations militaires, donc il ne faut pas s’attendre à grand chose de la part de ces officiers ” souligne l’expert.

Roseline BADO