RDC : vers la construction de la plus grande fonderie de cuivre d’Afrique

En RDC, la dynamique de la transformation des matières premières sur place est en marche avec notamment le cuivre. Le 18 novembre 2021, Ivanhoe Mines a annoncé la conclusion d’un accord, en juin 2021, avec la fonderie chinoise de Lualaba pour transformer une partie du concentré de cuivre produit à Kamoa-Kakula. Elle sera la plus grande d’Afrique.

L’échéance est fixée à d’ici trois ans pour permettre à la société d’avoir sa propre fonderie pour exporter davantage de cuivre blister. A cet effet, la société chinoise China Nerin Enginneering se chargera de la construction de la future fonderie qui aura une capacité de 500 000 tonnes au profit de la mine de Kamoa-Kakula, a rapporté l’Agence ecofin.

La trésorerie de Kamoa-Kakula financera le projet dont le coût de réalisation est estimé à 700 millions $ pour une durée de trois ans.

« Nerin possède le personnel et l’expertise dans le pays pour fournir une fonderie sur site de tout premier ordre qui sera parmi les plus grandes de ce type dans le monde. Elle a construit avec succès la fonderie de cuivre locale de Lualaba, à laquelle nous envoyons environ un tiers de notre production actuelle de concentré », a déclaré Mark Farren, PDG de Kamoa Copper.

Notons que la fonderie sera installée près des usines de traitement des phases 1 et 2 de Kamoa-Kakula et pourra traiter la « majorité du concentré de cuivre » produit par ces installations. Elle sera dotée, apprend-on, de la technologie de pointe du finlandais Metso Outotec permettant de produire du cuivre blister pur à 99 %, avec des émissions de CO2 minimales, a indiqué l’Agence ecofin.

Pour rappel, la construction de cette fonderie rentre dans le cadre des mesures prises par le gouvernement à l’endroit du secteur minier pour permettre au pays de tirer plus de profit des revenus de ce secteur.

Lucien DAKISSAGA