Rwanda : L’opposant Paul Rusesabagina reconnu coupable de terrorisme

Héros rendu célèbre par le film « Hôtel Rwanda » qui raconte comment il a sauvé plus d’un millier de Tutsis durant le génocide de 1994, Paul Rusesabagina, devenu opposant au régime de Paul Kagame, avait été arrêté le 31 août 2020 dans des circonstances qui demeurent floues.

Au Rwanda, l’ancien directeur de l’Hôtel des Mille Collines, Paul Rusesabagina, connaît désormais le verdict de son procès. Ce lundi 20 septembre 2021, la justice rwandaise a reconnu l’homme de 67 ans coupable de terrorisme a rapporté plusieurs sources. Ancien héros immortalisé au cinéma par le film « Hôtel Rwanda » qui raconte comment il a sauvé plus de 1000 personnes durant le génocide de 1994, l’ancien entrepreneur s’était peu à peu mué en opposant au régime de Paul Kagamé qu’il accuse de dérives autoritaires. Longtemps recherché par Kigali, il est accusé de financer le Front de libération nationale (FLN), groupe rebelle fiché terroriste par le gouvernement rwandais, est accusé d’avoir mené des attaques meurtrières dans le pays en 2018 et 2019.

L’opposant au régime de Kagamé risque la perpétuité

Ce procès marque la fin d’un épisode rocambolesque qui avait démarré avec l’exil de plusieurs années de l’ex-hôtelier hutu, où il fonde le Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD).

« Il a fondé une organisation terroriste, il a contribué financièrement à des activités terroristes », a déclaré la juge Béatrice Mukamurenzi citée par l’agence Ecofin. Echappant aux autorités rwandaises qui souhaitaient le mettre sous les verrous pour terrorisme, il avait subitement disparu après un voyage à Dubaï le 28 août 2020, avant de réapparaître quelques jours plus tard entre les mains des forces de sécurité rwandaises. Dénonçant un procès politique, l’entourage de l’opposant affirme qu’il a été enlevé. Il faut noter que Rusesabagina a fait face à neuf chefs d’accusations que lui et sa famille réfutent. Pour l’heure, les détails de la peine qui lui sera infligée n’ont pas encore été rendus publics, mais l’ancien héros risque la perpétuité pour les crimes qui lui sont attribués.

Oumou Konaté