Santé: Dakar annonce de nouveaux financements pour la lutte contre le sida en Afrique de l’Ouest

Le président sénégalais, Macky Sall a promis, une enveloppe de deux milliards de FCFA dans le prochain budget du ministère de la Santé pour lutter contre le VIH /Sida. Cette annonce a été faite, le mardi 02 novembre 2021, lors d’un panel de clôture du sommet régional consacré à la riposte à la double pandémie du VIH et de la COVID-19 en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Dans le cadre de la concrétisation de l’objectif « 90-90-90 » fixé par l’ONUSIDA en 2014 visant à mettre fin au sida, d’ici 2030, le président sénégalais Macky Sall a confié au cours du sommet régional sur le VIH en Afrique de l’Ouest, que son pays va consacrer près de 3,5 millions de dollars supplémentaires à la lutte contre le sida, selon agenceecofin.com. « J’engage 2 milliards de francs CFA (3,5 millions de dollars) supplémentaires dans la lutte contre le VIH, dont un milliard sera donné à la lutte communautaire par la société civile et l’autre milliard ira au Conseil national de lutte contre le sida pour aider les personnes vivant avec le VIH », a promis le président senegalais, cité par agenceecofin.com.

Par ailleurs, le président sénégalais s’est engagé à faire le plaidoyer à l’Union africaine (UA) et auprès des partenaires pour que le financement de la lutte contre le Sida soit renforcé dans les pays africains. «Mobilisons-nous pour le financement, la recherche et la vaccination. Je m’engage à travailler avec vous pour plaider auprès de l’Union africaine et des partenaires pour que le financement de la lutte contre le VIH soit renforcé et que ce renforcement puisse commencer par nos Etats africains eux-mêmes », a déclaré le président senegalais, selon notre source.

Pour lui, le combat contre le VIH doit rester plus que jamais d’actualité même dans le contexte de la COVID-19 en raison de l’impact de cette pandémie dans la lutte contre le VIH dont notamment, la difficultés de circulation donc d’accès aux traitements, la fermeture de centres communautaires, ou encore interruption des programmes de prévention. Il a plaidé pour une mobilisation autour de la nouvelle stratégie de lutte au niveau mondiale (2021-2026) visant, entre autres, l’accès égal et équitable aux services et solutions liés au VIH, l’élimination aux obstacles à l’obtention de financements adéquats.

Selon les statistiques, l’Afrique occidentale et centrale compte 4,7 millions de personnes vivant avec le VIH, soit 12 % des personnes vivant avec le VIH dans le monde et enregistre 22 % de décès liés à la maladie dans le monde. Cependant, une légère évolution a été notée, concernant le taux d’accès au dépistage et au traitement des personnes. Il est passé de 38 % en 2015 à 73 % en 2020, selon l’ONUSIDA.

Roseline BADO