Soudan : Burhan nomme un conseil pour la transition après le coup d’État

Le général Abdel Fattah al-Burhan a nommé jeudi 11 novembre dernier un nouveau conseil pour diriger la transition du pays après la prise de contrôle militaire le mois dernier, a rapporté la télévision d’Etat.

L’annonce est intervenue deux semaines après la dissolution du gouvernement du Premier ministre Abdalla Hamdok et la détention des dirigeants civils suivies de la déclaration de l’état d’urgence dans le pays par le Gal al-Burhan. « Le commandant en chef des forces armées a publié un décret constitutionnel pour former le Conseil souverain de transition », a déclaré Burhan dans un communiqué. Par un décret, le Général putschiste préside le conseil formé en août 2019 à la suite de l’éviction du président Omar al-Bashir. Mohamed Hamdan Daglo, chef des redoutables forces paramilitaires de soutien rapide, reste son adjoint. Le conseil conserve également Shamsaldine al-Kabashi, Yasser Atta et Ibrahim Gaber, tous des hauts responsables militaires. Parmi les personnalités civiles figure l’ancien parlementaire Abou al-Qassem Bortoum, un partisan de la normalisation du Soudan avec Israël.

Un soufi, Salma Abdelgaber, Youssef Gad Karim de l’État du Nord Kordofan, Abdelbaqi al-Zubair représentant l’État de Khartoum et Rajaa Nicola, un copte, ont également été nommés membres. Les anciens dirigeants rebelles Malik Agar, Alhady Idris et Altaher Hagar qui ont signé un accord de paix en 2020 avec le gouvernement, ont également obtenu des sièges. Un membre de l’est du Soudan n’a pas encore été nommé en attendant les consultations, selon la télévision d’État. Le putsch du 25 octobre a mis fin à l’accord de partage du pouvoir entre l’armée et les civils conclu après la chute d’Omar el Béchir. Le processus de transition devait aboutir à des élections fin 2023.

Source :Nation Africa avec Reuters

K.Fiakofi