Tanzanie : La présidente Samia Suluhu veut conduire son pays à l’utilisation des crypto monnaies

La présidente Samia Suhulu a véritablement donné un coup de pouce aux marchés des crypto-monnaies, alors que Bitcoin clôture à 40 000 $

Le discours de la  présidente tanzanienne Samia Suluhu Hassan dimanche s’est voulu innovateur en ce sens qu’elle s’est orientée vers le passage à la crypto monnaie nous fait savoir Citizen sur son site. En effet, pendant que certains pays répriment les cryptomonnaies, d’autres veulent les légaliser. Certains analystes pensent dans les deux cas qu’au stade actuel, la révolution du système financier mondial par ces actifs est inévitable.

Le discours de Samia Suhulu intervient il faut le signaler, tout juste après que le Salvador, pays d’Amérique latine ait annoncé  l’adoption du Bitcoin comme monnaie légale. Plusieurs pays  d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale ont aussi exprimé leur volonté  de rejoindre le cercle restreint des Etats qui utilise la monnaie numérique. En Afrique faut-il le rappeler, le  Ghana  est en passe de numériser sa monnaie locale. C’est dans cette droite ligne, que la n°1 tanzanienne s’est voulue avant-gardiste en annonçant que son pays  pourrait à son tour franchir le cap. Elle a en effet demandé à la Banque centrale de commencer par travailler sur la question des crypto monnaies pour ne pas être prise au dépourvu quand ces actifs numériques gagneront en popularité dans le pays, selon l’agence EcoFin. Selon la dirigeante, les évolutions technologiques et la croissance de la mondialisation apportent de nombreux changements y compris dans le secteur financier. « Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle aventure grâce à Internet. Je sais que de nombreux pays, dont la Tanzanie, n’ont pas encore accepté ces actifs. Cependant mon appel à la Banque centrale est de commencer à étudier la question », a-t-elle déclaré dans des propos rapportés par Swahili Times.

Ne pas être pris au dépourvu

« La Banque centrale doit être prête pour les changements et ne pas être prise au dépourvu. » a prévenu la présidente. Un avenir favorable aux crypto-monnaies en Tanzanie ne serait pas surprenant, car le pays accueille déjà sur son sol IOHK, l’entreprise derrière la blockchain Cardano. Celle-ci veut contribuer à la transformation numérique décentralisée en Afrique, et a annoncé en mai dernier un accord avec World Mobile Group pour « démocratiser l’accès aux services numériques, financiers et sociaux » dans le pays, selon Ecofin. 

Pierre Oued.