Tchad : 5,5 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire urgente (ONU)

Les Nations Unies ont annoncé sur leur site avoir lancé conjointement avec le Tchad un plan de réponse humanitaire d’un montant de 617 millions de dollars. Ce projet vise à venir en aide à plus de 4 millions de personnes menacées par la famine au Tchad cette année.

Depuis des années, le Tchad est confronté à une pénurie alimentaire qui s’est vu renforcer par l’insécurité dû aux attaques terroristes et des conflits.

Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), cité dans le communiqué de l’ONU, relayé par l’Agence Anadolu a indiqué que : « Ce plan de réponse humanitaire 2021 pour le Tchad vise à apporter une aide humanitaire à 4 millions de personnes parmi les 5,5 millions qui ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence ».

Il s’agit de soutenir ces millions de personnes en matière de nourriture et de nutrition, de services de santé, d’abris, d’eau, d’assainissement et d’hygiène, ainsi que d’éducation de base pour les enfants. « Mais presque à mi-chemin de 2021, moins de 50 millions de dollars, soit 8 % de ce que nous demandons, ont été reçus », a ajouté l’OCHA, cité par notre source relevant l’urgence « de trouver davantage de fonds ».

En effet, le pays fait face à des difficultés sur les plans sécuritaire et climatique. « Le Tchad est confronté à trois crises humanitaires superposées », a précisé le porte-parole d’OCHA.

L’ONU dans sa note a précisé que Ndjamena fait face à trois crises humanitaires majeures que sont l’insécurité alimentaire et la malnutrition, les urgences sanitaires, et les déplacements des populations résultant des conflits armés et des catastrophes naturelles

D’après Jens Laerke, quelque 4,6 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sur une population totale de près de 17 millions.

L’Agence Anadolu citant la note onusienne a indiqué que plus de 4 millions d’enfants de moins de 5 ans et de femmes enceintes ou allaitantes ont besoin d’une assistance nutritionnelle cette année. Et 1,7 million de personnes n’ont pas d’accès régulier à des services de santé.

De plus, le nombre de personnes déplacées de force réfugiés de pays voisins instables et Tchadiens déplacés à l’intérieur du pays ont atteint le chiffre record d’un million. « Les besoins augmentent, mais le financement des donateurs est nettement insuffisant », a ajouté le porte-parole d’OCHA.

Lucien DAKISSAGA