Transactions digitales mobile: SANK Business Sarl veut digitaliser l’économie burkinabè d’ici 2025

Les responsables de la plateforme burkinabè de transaction financière “SANK Business” étaient face à la presse, le jeudi 1er décembre 2021 à Ouagadougou. Au cours de cette rencontre, les promoteurs ont dévoilé les tout nouveaux produits digitaux de leur plateforme et annoncé des offres qui, certainement seront bien accueillies par les consommateurs.

Le PDG Jules Kaboré de Sank Business (micro) et son DG, Dramane Tiendrebeogo, ambitionnent faire du Burkina Faso la pionnière en transactions mobiles digitales en Afrique de l’Ouest

Après avoir observé une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes des attaques terroristes dans notre pays, les conférenciers sont revenus sur le sens de la dénomination de leur entreprise. Le terme Sank, selon ses concepteurs, est inspiré du nom de Thomas Sankara, le père de la révolution d’août 1983 au Burkina Faso. Sank est aussi le fruit de l’imagination de deux jeunes Burkinabè qui confient avoir fait les bancs ensemble au Lycée Moukassa de Koudougou (ville située à une centaine de kilomètres, à l’ouest de la capitale Ouagadougou). Après l’obtention du baccalauréat, Jules Kader Kaboré, Président-Directeur-Général (PDG) de Sank, va embrasser la filière Programmation-développement web. Son compagnon et son Directeur Général (DG), Dramane Tiendrebeogo, lui, s’oriente en économie. Quelques années plus tard, les deux étudiants mettent en place une première application dénommée «Coucou», dotée de trois sections. Le premier volet, selon leurs confidences, est consacré à la publication de l’actualité des pays du monde, le deuxième pour le E-commerce ou la vente en ligne et le dernier, destiné à la promotion des artistes locaux. Fort de cette expérience et après analyse des moyens d’échanges monétaires quotidiens au pays, les deux garçons décident de placer la barre haute pour, disent-ils, révolutionner le secteur des transactions digitales. Ainsi, après une année de réflexion, le service SANK Pay voit le jour, plus précisément le 6 janvier 2021.

La carte Sank est disponible à prix très abordable, selon ses promoteurs

Mise sur le marché de nouveaux produits

«SANK Pay est une application burkinabè de transfert d’argent. Notre objectif n’est pas de s’implanter uniquement au pays des Hommes intègres mais d’y avoir, d’abord et nécessairement, des bases solides», a indiqué le DG, Dramane Tiendrebeogo. Pour ce dernier qui a relevé les difficultés rencontrées lors de la mise sur le marché du produit, SANK ambitionne de «rendre tous les Burkinabè libres dans leurs transactions financières quotidiennes». Cette rencontre a été l’occasion pour les deux promoteurs de présenter les tout nouveaux produits de l’entreprise que sont la carte Sank et le logiciel de gestion “Sank Enterprise Plateform”. A entendre Kader Kaboré, la carte Sank, accompagnée d’un terminal, est une solution fiable pour tous ceux qui n’ont pas accès aux smartphones ou à internet. L’autre avantage c’est qu’elle n’a pas de date d’expiration. Quant à la plateforme destinée aux tenanciers de maquis, de grandes surfaces et restaurants, elle offrira des facilités de paiement à leurs clients. Outre cela, cette formule vise, selon le PDG Jules Kader Kaboré, à résoudre le problème des faux billets et d’indisponibilité de monnaies à certains endroits du pays. Pour assurer une large couverture du territoire burkinabé, plusieurs agences Sank ont été ouvertes dans les grandes villes. «De nos jours, Sank est implanté dans 31 villes du Burkina Faso dont 3 agences à Ouagadougou, 1 à Koudougou, 1 à Bobo-Dioulasso…, avec un effectif de 73 emplois directs et des milliers d’emplois indirects», a précisé le PDG, qui n’a pas manqué de rassurer les utilisateurs sur la sécurité et la fiabilité des produits Sank.

Jusqu’au 5 janvier 2022, dépôts et retraits gratuits chez Sank

Malgré la rude concurrence au niveau des transactions digitales, les deux promoteurs qui ambitionnent faire du Burkina «la pionnière de la digitalisation en Afrique de l’ouest» ont affirmé n’avoir rien à craindre, nantis d’après eux, du soutien du peuple burkinabè. Et justement au regard de ce soutien des compatriotes à leur endroit depuis le début de leur aventure, les promoteurs ont décidé, à travers des «offres alléchantes», de leur témoigner leur reconnaissance. De ce fait, du 1er décembre 2021 au 5 janvier 2022, les transferts et retraits d’argent à Sank sont gratuits. Avant cette promotion, les transferts étaient gratuits et les retraits facturés à 1% de la somme à retirer.

Abdoul Karim TAPSOBA et Roseline BADO