Tunisie: Des bâtiments d’architecture européenne au centre de Tunis menacés de disparition

Dans le centre de Tunis, de nombreux immeubles art déco ou art nouveau, typiques de la ville moderne créée pendant la colonisation française, se délitent, faute de rénovations et face à l’appétit des promoteurs immobiliers.

Ces bâtiments d’architecture européenne ont été construits au XIXe et XXe siècles aux portes de la médina, vieille ville traditionnelle arabe, pour constituer un centre-ville « moderne » adapté aux besoins de l’industrialisation, selon France 24. Ils ont été habités par des colons jusqu’à leur départ précipité après l’indépendance de la Tunisie en 1956. Mais 65 ans plus tard, beaucoup de bâtiments délabrés sont menacés de destruction, faute de stratégie de rénovation de l’Etat, qui a saisi une partie des bâtiments. Au moins 160 présentent des risques d’effondrement, selon le dernier recensement officiel de 2019. Certains habitants ont effectué des réparations qui ont dénaturé le patrimoine architectural tandis que d’autres bâtisses abandonnées font office de décharges ou de squats. Enfin, certains bâtiments sont menacés par des promoteurs immobiliers qui tentent de leur mettre la main dessus pour les raser et les remplacer par des constructions modernes, a rapporté France 24. Construits par des architectes et des entrepreneurs italiens et français, ces constructions pâtissent cependant de leur association à la colonisation française et son lot d’exploitations. Selon la même source, fin 2020, l’Agence française de développement s’est engagée à hauteur de 12 millions d’euros pour un projet de rénovation de vieilles villes, dont des quartiers européens. Mais la ville européenne de Tunis reste menacée par un projet de loi sur les « bâtiments en ruine à détruire », présenté au Parlement en 2018 et concernant 5.000 bâtiments. Le projet a seulement été reporté sous la pression de la société civile.
Oumou Konaté