Tunisie: Les juges désormais interdits d’occuper des postes dans l’exécutif

Cette décision est un pas important pour les juges tunisiens, qui luttent pour leur indépendance depuis 2011

Le Haut Conseil judiciaire a interdit aux juges, mercredi 9 juin 2021  d’occuper des postes politiques dans l’exécutif. Cette résolution intervient suite au limogeage, mardi, du chef de l’Instance nationale de lutte contre la corruption, par le Premier ministre.

Unpas vient d’être franchi avec cette interdiction faite aux juges tunisiens d’occuper des postes à la présidence, auprès du chef du gouvernement, dans les ministères et dans les différentes institutions de l’État. Selon le Haut Conseil judiciaire, cité par rfi.fr,“l’image de la justice s’est dégradée et cette ordonnance vise à éloigner la justice des divisions politiques qui ont épuisé l’État”.

Pour les juges tunisiens qui luttent pour leur indépendance depuis 2011 “c‘est une décision historique, attendue depuis très longtemps ”  Pour eux, ce manque d’indépendance a longtemps menacé l’expérience démocratique dans leur pays, a indiqué rfi.fr.

De l’avis des milieux politique et judiciaire tunisiens, cet arrêt annule toute nomination de juges à des postes politiques à l’instar de Imed Ben Taleb, nommé mardi à la tête de l’Instance nationale de lutte contre la corruption. Elle annule également la nomination, par le Premier ministre, de trois ministres-juges lors de son dernier remaniement. Des nominations qui ont été rejetées par le président qui a accusé quatre ministres d’implications dans des affaires de corruption, a précisé msn.com

Roseline BADO