Valorisation des déchets solides en Ethiopie : une usine de production d’électricité à partir des déchets


Dans le cadre de son partenariat avec un consortium de sociétés internationales, le gouvernement éthiopien s’est lancé dans la construction d’une usine de production de l’électricité à travers la valorisation des déchets dénommé « Reppie Waste-toEnergy ». D’une valeur de 118 millions de dollars américains, cette usine a été entièrement financée par l’Ethiopie.

L’Ethiopie fait partie des pays africains qui font face aux défis de la gestion des déchets solides. En effet, au cours des cinq dernières années, le dépotoir de Koshe a été la seule décharge d’Addis-Abeba la capitale Ethiopien. En 2017, une centaine de personnes ont trouvé la mort suite à un glissement de terrain sur le dépotoir. Cette situation a incité le gouvernement à prendre des mesures adéquates pour éviter une pareille situation, d’où l’initiative du projet « Reppie Waste-to-Energy » en vue de transformer ce dépotoir en une usine. Ainsi grâce à un partenariat entre le gouvernement et un consortium de sociétés internationales, Koshe est en train d’être transformé en une usine de transformation des déchets en énergie et de révolutionner l’approche de la ville en matière de gestion des déchets. Selon une presse locale, l’usine va incinérer 1400 tonnes de déchets par jour, soit environ 80% des déchets de la ville. L’électricité produite couvrira 30% des besoins en électricité domestique à Addis-Abeba. Toutefois elle respectera les normes européennes en matière d’émissions atmosphériques. D’une valeur d’environ 118 millions de dollars américains, l’usine a été entièrement financée par l’Ethiopie. A en croire Zerubabel Getachew, représentant permanent adjoint de l’Éthiopie auprès des Nations Unies, ce projet Reppie Wasteto-Energy n’est qu’un élément d’une stratégie plus large de l’Éthiopie. A cet effet, il a souhaité que ce projet serve de modèle pour les autres pays de la région et du monde entier. De l’avis des spécialistes, il s’agira dans cette usine, comme dans les autres usines d’incinération de déchets en énergie, de bruler les déchets dans une chambre de combustion. La chaleur résultante de cette incinération sera ensuite utilisée pour faire bouillir l’eau jusqu’à ce qu’elle se transforme en vapeur entrainant une turbine qui produit de l’électricité. En outre, ils ont souligné que dans les villes où les terres sont rares, l’incinération par « gaspillage d’énergie » économise un espace précieux, génère de l’électricité, empêche le rejet de produits chimiques toxiques dans les eaux souterraines et réduit les rejets de méthane atmosphère. En rappel, ce projet est le résultat d’un partenariat entre le gouvernement éthiopien et un consortium de sociétés internationales composé de : Cambridge Industries Limited (Singapour), China National Electric Engineering et Ramboll, une société d’ingénierie danoise. Ledit consortium a été créé pour concevoir, construire et, dans certains cas, s’approprier des installations de valorisation énergétique des déchets pour l’Afrique subsaharienne. Pour ce fait, pour eux « Reppie Wasteto-Energy » est le premier projet réalisé et le début une série de telles installations dans les grandes villes de la région.

Par N Judith SANOU